mercredi 27 juillet 2016

Chronique - Journal d'un Vampire en Pyjama de Mathias Malzieu



Titre : Journal d’un Vampire en Pyjama.
Auteur : Mathias Malzieu.
Editions : Albin Michel.
Année de sortie : 2016.
Genre : Contemporaine, Autobiographie.
Nombre de pages : 233.



Quatrième de couverture


« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue »



Extrait



Personne ne sait que je suis un vampire. Pas de transformation en chauve-souris pour l'instant. J'apparais toujours dans les miroirs. Avec une gueule de fantôme à bonnet de laine, mais je suis toujours là. La vue d'un crucifix ne me fait pas partir en courant - peut-être parce que je suis très vite essoufflé. Je ne fais pas de trucs bizarres en accéléré comme dans certains films. Pourtant je suis un vrai vampire : je dois me procurer du sang pour rester en vie. Et j'ai une dégaine de flocon de neige.




Mon avis




Mathias Malzieu est un auteur avec un style original et particulier qui a déjà su me séduire avec son roman La Mécanique du Cœur. Journal d’un Vampire en Pyjama est un roman autobiographique sur la maladie et le combat pour la survie, un genre auquel je suis étrangère, et c’est donc avec une grande curiosité que j’ai attaqué ce nouveau livre de l’auteur. Je ne regrette pas du tout cette lecture qui m’a permis de vivre une excellente expérience avec le genre autobiographique. Pour résumer rapidement, en 2013, Mathias Malzieu a été victime d’une aplasie médullaire, maladie très rare qui nuit à la production des cellules essentielles à la vie et dont la guérison dépend d’une greffe de moelle osseuse.



J’ai d’abord été de nouveau séduite par la plume de Mathias Malzieu. Si vous ne connaissez pas du tout cet auteur, il faut savoir qu’il a une écriture très onirique avec des phrases rythmées et une utilisation abondante des métaphores et des sous-entendus. La lecture peut donc vite devenir fastidieuse pour un lecteur qui n’est pas préparé mais en réalité, c’est cette particularité qui fait des livres de Mathias Malzieu des pépites à découvrir. Ainsi, dans Journal d’un Vampire en Pyjama, le lecteur rencontre le personnage de Dame Oclès, une référence métaphorique à la mort, qui guette sans cesse l’auteur et le menace tout au long du roman. La comparaison au vampire est également très bien trouvée et a le mérite de dresser un portrait réaliste des symptômes de la maladie de l’auteur.



Il existe également un grand paradoxe dans ce roman : Mathias Malzieu traite d’un sujet difficile, une maladie qui aurait pu lui être fatale, avec un humour parfois décalé. Cet humour rend ce roman lumineux et un sourire s’esquisse sur le visage du lecteur à plusieurs reprises alors même qu’il s’inquiète pour le sort de l’auteur. Mais cela permet aussi de renforcer la complicité entre Mathias Malzieu et son lecteur dans la mesure où celui-ci se livre à cœur ouvert et évoque des éléments de sa vie personnelle et privée sans pudeur. J’ai d’ailleurs adoré constater que Mathias Malzieu n’a pas seulement la plume d’un artiste mais vit lui-même dans un monde poétisé où chaque chose est digne d’intention. La vie à travers les yeux de Mathias Malzieu apparaît comme une chance, une expérience à vivre sans perdre de temps avec des détails.



Ce roman autobiographique est une ode à l’espoir et une leçon d’humanité ce qui en fait une lecture rafraîchissante dans le contexte actuel. Mathias Malzieu semble être quelqu’un de très humain et il dépeint avec beaucoup de justesse ses proches et toutes les personnes présentes pour l’aider à vaincre la maladie. On retrouve dans ce roman la tendresse d’un couple avec de nombreux projets, le soutien d’une famille à la croisée des chemins entre inquiétude et espoir et la compétence d’un personnel médical efficace et à l’écoute. A travers ses mots, l’auteur présente des hommes et des femmes capables d’amour et de compassion en grande partie responsable du succès du combat contre la maladie. A plusieurs reprises, le lecteur peut sentir la peur et la solitude qui s’empare de l’auteur alors même qu’il se renferme dans son « œuf » mais il remarque également que grâce au personnel médical et à ses proches, la vie d’artiste de Mathias Malzieu ne s’est jamais arrêtée.



En résumé




Cette lecture fut une excellente première expérience avec l'autobiographie. C'est toujours un plaisir de retrouver le style onirique de Mathias Malzieu qui nous balade de métaphore en métaphore et nous entraîne dans un combat acharné contre la maladie. C'est une ode à l'espoir où l'amour et la détermination ramène un vampire à la vie et où la peinture des donneurs et soignants nous plonge au cœur de l'humanité.


.UN COUP DE CŒUR.




 

6 commentaires:

  1. C'est cet extrait venant de ta chronique ("il faut savoir qu’il a une écriture très onirique avec des phrases rythmées et une utilisation abondante des métaphores et des sous-entendus") qui m'a posé problème. Je n'accroche pas au style de l'auteur car les métaphores me gênent :-/ Contente que tu aimes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait ton avis, c'est un style très particulier qui ne peut pas plaire à tous le monde :)

      Supprimer
  2. Bonjour, je découvre ton blog grâce à Livraddict. :)
    Je n'osais pas lire ce livre de peur qu'il ne soit trop triste. Mais ta critique donne envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour :) Je suis contente de te donner envie de le lire, si jamais tu te lances, j'espère que cette lecture te plaira.

      Supprimer
  3. Je vois que tout le monde adore ce bouquin, il faudrait peut-être qu'un jour je le lise ! Contente que tu ai apprécié ta lecture en tout cas ! :)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai toujours aimé la plume de Malzieu, le résumé est très accrocheur en tout cas (pourquoi j'arrive pas à en faire d'aussi captivants ? Pfff.) !

    RépondreSupprimer

N'oublie pas de laisser une trace de ton passage ;)